Délimitation des territoires de Villages: L’opération a pris du retard dans le Bélier

Les dirigeants de l'Agence foncière rurale dont le directeur général (au centre) ont tenu un langage de vérité aux représentants des populations. (DR)
Les dirigeants de l'Agence foncière rurale dont le directeur général (au centre) ont tenu un langage de vérité aux représentants des populations. (DR)
Les dirigeants de l'Agence foncière rurale dont le directeur général (au centre) ont tenu un langage de vérité aux représentants des populations. (DR)

Délimitation des territoires de Villages: L’opération a pris du retard dans le Bélier

Le 17/02/20 à 17:18
modifié 17/02/20 à 17:18
La région du Bélier accuse un retard dans la mise en œuvre des opérations de délimitation des territoires villageois. Le point sur les deux dispositifs lancés à cet effet dans la zone donne des résultats insatisfaisants. Ces dispositifs sont le Projet d’appui à la relance des filières agricoles de Côte d’Ivoire (Parfaci) qui a pris fin après six années d’exécution et la première phase du Programme d’appui au foncier rural (Pafr1) en vigueur depuis deux ans.
Le 13 février 2020, dans la cour de la sous-préfecture, les responsables de l’Agence foncière rurale (l’Afor) ont discuté en toute franchise de ces résultats « peu reluisants » avec les populations en présence des autorités préfectorales.

La rencontre était la première étape du périple qui mènera l’équipe de Bamba Cheick Daniel, directeur général de l’Afor, dans deux autres régions. A savoir le Kabadougou et le Bafing.

Pour le Parfaci, sur 75 villages programmés, seulement 21 ont été délimités et bornés. Soit 28% de taux de réalisation. Quant au Pafr1, sur 205 villages retenus, 124 ont été bornés et délimités. Et seulement 5 ont obtenu l’Arrêté signé du ministre en charge de l’Intérieur.

A l’issue des échanges conduits par Bamba Cheick Daniel avec pour interlocuteurs principaux les chefs de village, des propositions idoines devant aboutir à lever tous les goulots d’étranglement ont été faites.

Le préfet de région, Patrice Gueu, les préfets de département et les sous-préfets qui ont ces villages dans leur ressort territorial, ont pris bonne note et ont promis d’encadrer efficacement la mise en œuvre de toutes les solutions retenues.

Compte tenu des importants enjeux de l’opération, notamment le renforcement de « la cohésion sociale mise à mal par des rapports conflictuels récurrents entre les communautés ivoiriennes et les communautés non ivoiriennes », le préfet de région a engagé tout le monde vivant dans le Bélier à adhérer à ce processus et à participer à la réussite de sa mise en œuvre.

Se fondant sur le même argument, le président du Conseil de surveillance de l’Afor et fils de la région, le Général Gervais Kouassi, a été on ne peut plus direct avec ses parents. Il a insisté sur l’importance de l’opération de délimitation des territoires villageois.

Déçu par la situation, le directeur général de l’Afor a prévenu que si les blocages demeurent, les projets de délimitation des territoires villageois seront retirés à la région du Bélier et affectés dans les autres régions du pays.

Comme de coutume, un peu plus tôt, tous les membres du Corps préfectoral du Bélier, les services déconcentrés du ministère de l’Agriculture et du Développement rural, l’Opérateur foncier (entreprise en charge des opérations techniques dans les villages) et la délégation de l’Afor ont eu une séance de travail technique à l’effet de booster le processus dans la région.

Notes : Dircom Afor

Le 17/02/20 à 17:18
modifié 17/02/20 à 17:18

LES + POPULAIRES

Coronavirus : Le centre de dépistage de Yopougon BAE bientôt disponible Covid-19: Sages-femmes et maïeuticiens demande la mise à disposition effective des équipements de protection individuels. Coronavirus : Port obligatoire du masque dans le Grand Abidjan