Son éminence Jean-Pierre Cardinal Kutwa : « Que le pouvoir de l’amour ait raison sur l’amour du pouvoir »

les fidèles débordant d'allégresse au moment où le cardinal a lâché la colombe. Joséphine Kouadio (DR)
les fidèles débordant d'allégresse au moment où le cardinal a lâché la colombe. Joséphine Kouadio (DR)
les fidèles débordant d'allégresse au moment où le cardinal a lâché la colombe. Joséphine Kouadio (DR)

Son éminence Jean-Pierre Cardinal Kutwa : « Que le pouvoir de l’amour ait raison sur l’amour du pouvoir »

Le 16/02/20 à 18:47
modifié 16/02/20 à 18:47
L'image était saisissante. Son éminence Jean-Pierre Cardinal Kutwa, en lâchant deux colombes, samedi, à la cathédrale Saint-Paul du Plateau, a prononcé cette phrase : "Que le pouvoir de l'amour ait raison sur l'amour du pouvoir". Les colombes (symboles de la paix) se sont ensuite envolées, sous les ovations des nombreux fidèles, estimés à environ 10.000 qui ont répondu à l'appel de l'Office diocésain de la pastorale des jeunes d'Abidjan, organisateur de cette journée de prière pour la paix. Et ce, avec l'appui de l'Association des femmes catholiques (Afec). Cette action a comme irradié l'environnement de paix. Bien avant, le prélat a allumé deux grands cierges, il en a symboliquement remis un à un jeune homme et un autre à une femme. Le premier représentant ses pairs et la seconde, les femmes catholiques. Par la suite, Il a fait une recommandation à ses hôtes, après avoir béni les cierges : « chaque fois que vous les allumerez, ayez une seule intension : la paix en Côte d’Ivoire ». Il a suggéré que cette prière soit faite jusqu’aux élections à venir en Côte d'Ivoire et même au-delà. S'agissant de la journée de prière, elle a été marquée par la récitation du chapelet, la dévotion au très saint sacrément et par des chants de louange à Dieu et à la Sainte vierge Marie.
L’inimitié sociale détruit
S’adressant aux initiateurs de cette journée de prière, le Cardinal a déclaré : « En décidant de ce temps de prière pour la paix, vous vous engagez ainsi sur une voie noble et je vous en félicite. Désormais, vous avez une très grande responsabilité dans la marche de notre pays ». Car, a-t-il soutenu, « si la prière est la force qui doit soutenir tout engagement à la paix, elle ne vous dédouane pas d’agir ».
Sur ce point, Jean-Pierre Cardinal Kutwa a lu l'exhortation apostolique Christus Vivit, n° 169, du Pape François qui indique le chemin à suivre : « Je propose aux jeunes d’aller au-delà des groupes d’amis et de construire l’amitié sociale, chercher le bien commun. L’inimitié sociale détruit. Elle détruit la famille, le pays et le monde. L’inimitié la plus grande, c’est la guerre. Et aujourd’hui, nous voyons que le monde est en train d’être détruit par la guerre, parce qu’ils sont incapables de s’asseoir et de se parler...soyez capable de créer l’amitié sociale » ; a dit le Saint père en reconnaissant que ce n’est pas facile.
Cependant, a souligné le Souverain Pontife dans la même exhortation, « ...Je veux t’inciter à cet engagement parce que je sais que ton cœur, cœur jeune, veut construire un monde meilleur. Je suis les nouvelles du monde, et je vois que de nombreux jeunes dans plusieurs partis du monde sont sortis sur les routes pour exprimer le désir d’une civilisation juste et fraternelle...Je vous demande aussi d’être protagoniste de ce changement ».
A dit le pape, en exhortant les jeunes, à continuer à vaincre l’apathie, en donnant une réponse chrétienne aux inquiétudes sociale et politiques, présentes dans diverses parties du monde. « Je vous demande d’être constructeurs du monde, de vous mettre au travail pour un monde meilleur. Chers jeunes, s’il vous plait, ne regardez pas la vie « du balcon », mettez-vous en elle, Jésus n’est pas resté au balcon, il s’est immergé ».
Le cardinal a lancé le même message aux jeunes, en les envoyant en mission sur les routes de leurs quartiers, à l’école, à l’université, et dans leurs différents milieux de vie. Mais, en ajoutant, une parole du pape : « chers jeunes, je serais heureux en vous voyant courir plus vite qu’en vous voyant lents et peureux. Courez, attirés par ce visage tant aimé, que nous adorons dans la sainte Eucharistie et que nous reconnaissons dans la chair de notre frère qui souffre ».

Les femmes exhortées à se dresser contre les germes de la guerre. S’adressant aux femmes, le cardinal, citant ensuite l’adage qui dit ""ce que femme veut, Dieu veut", le prélat leur a lancé cet appel: « debout femmes de Côte d’Ivoire, désirez la paix ». Il a aussi lancé ce message : « ayez la courage prophétique de vous dresser dès aujourd’hui contre les germes de guerre en vous parlant et en parlant à vos époux, à vos enfants ».

La mobilisation était forte mais pas à la dimension du pèlerinage diocésain de 2018 au stade Félix Houphouët Boigny, où, 35.000 jeunes s’étaient rassemblés pour célébrer le prince de la paix, Jésus Christ. Des hommes politiques, et personnalités étaient présents durant ce temps de prières notamment les ministres Marcel Amon Tanoh, Paulin Danho, l’ancienne ministre Christine Adjobi, Michel Gbagbo, et la sénatrice Marie-Irène Richmond.

Le 16/02/20 à 18:47
modifié 16/02/20 à 18:47

LES + POPULAIRES

Développement personnel : Konan-Yahaut Cyriaque évoque les bienfaits du développement de la mémoire Bingerville/Conflit foncier : Une dizaine de blessés dont deux cas graves à M'bato-Bouaké Concours direct d’entrée à l’Ena en 2021/Cycle moyen supérieur : Les résultats de la phase de présélection disponibles