Visite de travail dans le Gbôklè: Le message de paix du Premier ministre aux chefs traditionnels de Fresco

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly dans le Gbôklè. (Poro Dagnogo)
Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly dans le Gbôklè. (Poro Dagnogo)
Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly dans le Gbôklè. (Poro Dagnogo)

Visite de travail dans le Gbôklè: Le message de paix du Premier ministre aux chefs traditionnels de Fresco

Le 14/02/20 à 10:05
modifié 14/02/20 à 10:05
Le chef du gouvernement poursuit aujourd’hui sa tournée de travail de plusieurs jours dans le Gbôklè.
C’est par Fresco que le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a entamé hier sa tournée dans le Gbôklè. Et c’est avec les chefs traditionnels et de communauté qu’il a ouvert sa série d’activités. Avec plusieurs dizaines de chefs coutumiers avec qui il a échangé à la résidence du préfet de Fresco, le chef du gouvernement a requis, au nom du chef de l’État, leur contribution résolue au maintien de la paix, de la stabilité et de la cohésion.

« Ce que le Président de la République me demande de vous dire et ce qu’il souhaite de vous, c’est votre accompagnement dans la politique économique qu’il est en train de mener en Côte d’Ivoire. Il souhaite que vous soyez des acteurs de paix. Il demande que vous diffusiez autour de vous, dans vos villages, dans vos communautés, des messages de paix. Et que vous n’écoutiez pas des messages de division et de haine »,a exhorté Amadou Gon Coulibaly, qui avait à ses côtés des membres du gouvernement.

Amadou Gon Coulibaly attend des chefs traditionnels leur soutien dans la politique économique que le Président Alassane Ouattara est en train de mener en Côte d’Ivoire. (Poro Dagnogo)



« La paix, c’est ce qui crée l’environnement pour pouvoir travailler à créer la richesse nécessaire qui, bien distribuée, permet d’améliorer les conditions de vie des populations », a insisté Gon Coulibaly qui s’est engagé à faire en sorte que les préoccupations non encore résolues à Fresco trouvent solution.

« Grâce au leadership du Président de la République, au travail acharné fait autour de lui par le gouvernement et au don de soi des populations, nous sommes arrivés à réduire le taux de pauvreté dans notre pays de 51% à 36% », s’est-il réjoui. Amadou Gon Coulibaly a annoncé que la Côte d’Ivoire sera, à fin 2020, le deuxième de l’Afrique de l’Ouest par son Pib. S’ils continuent sur leur belle lancée, avec une croissance économique de 8% en moyenne, les Ivoiriens se hisseront au deuxième du rang des économies performantes en Afrique de l’Ouest, derrière le grand Nigeria. Reste à maintenir la cadence de ces « bonds prodigieux ».

Les chefs traditionnels et de communauté ont, par des acclamations nourries, exprimé leur adhésion à cet appel à maintenir ce bon rythme de développement en étant des sentinelles de la paix. Mais comment être à Fresco et ne pas parler de la question de la Côtière, un véritable enfer pour les populations ?

« Je viens vous confirmer que ce projet fait bel et bien partie des propriétés du gouvernement », a assuré Amadou Gon Coulibaly, indiquant que les négociations sont « déjà bouclées » et le financement est déjà acquis pour le tronçon Songon-Grand-Lahou. Cette section verra donc ses travaux démarrer cette année.

Le chef du gouvernement a été l’objet d’attentions particulières de la part des cadres de Fresco. (Poro Dagnogo)



Le projet de la côtière est prévu pour être exécuté en trois phases découpées en trois tronçons. L’un des tronçons partira de Songon à Grand-Lahou, un autre de Grand-Lahou à Sassandra et un dernier de Sassandra à San-Pedro. Les études concernant le tronçon San-Pedro-Sassandra et Sassandra-Grand-Lahou seront achevés fin février. Sitôt ces études achevées, le gouvernement entrera en négociation afin que les ouvrages soient exécutés « dans les meilleure délais ».

D’ores et déjà, San-Pedro-Sassandra et Sassandra-Fresco ont fait l’objet de réfection. Ce qui permet de réduire le temps de circulation sur le trajet.

Les populations, par la voix de leurs porte-parole, ont renouvelé au gouvernement une série de doléances. La fresque des urgences est presque à l’image de celle de toute les socialités du pays. Notamment, eau, électricité, hôpitaux et routes. L’échange avec les chefs a eu lieu en présence ce de plusieurs cadres de la région, dont le président du conseil régional, Philippe Légré. Amadou Gon Coulibaly a également rencontré les jeunes à qui il a réitéré le même appel à maintenir la paix et la stabilité.

De notre envoyé spécial dans le Gbôklè



Le 14/02/20 à 10:05
modifié 14/02/20 à 10:05

LES + POPULAIRES

Promotion des droits de l’enfant: La communauté musulmane s’outille pour le bien-être des enfants Sécurité : Une Zone opérationnelle créée aux frontières Côte d’Ivoire - Mali - Burkina Faso Covid-19 : La mesure d’isolement du Grand Abidjan levée