Bonoua/40e Popo carnaval : Le défi d’une organisation encore plus grandiose

Le plus vieux carnaval du pays revient, avec des ambitions à la hausse. (DR)
Le plus vieux carnaval du pays revient, avec des ambitions à la hausse. (DR)
Le plus vieux carnaval du pays revient, avec des ambitions à la hausse. (DR)

Bonoua/40e Popo carnaval : Le défi d’une organisation encore plus grandiose

Le 09/02/20 à 17:26
modifié 09/02/20 à 17:26
La quarantième édition du Popo carnaval de Bonoua se tiendra, du 13 au 26 avril, autour du thème: ’’Popo carnaval de Bonoua, 40 éditions au service du développement culturel et touristique dans une Côte d’Ivoire unie’’. Paul Kacou, le commissaire général, l’a officiellement annoncé le jeudi 06 février dernier au parc M’ploussoué, à Bonoua.
Selon lui, le défi d’une organisation encore plus grandiose de cette quarantième édition doit être relevé par le peuple de Bonoua. D’où le choix de ce thème fédérateur. «le comité d’organisation va redoubler d’ardeur, de créativité et de dynamisme pour faire du Popo carnaval, 40e édition, une brillante réussite», a-t-il promis.

A travers ce thème, l’organisation entend mettre un point d’honneur à promouvoir le tourisme, mais aussi la paix dans la localité de Bonoua en particulier et dans le Sud-Comoé en général. Aussi a-t-il invité toutes les populations à s’approprier cette vision.

Au chapitre des innovations, la foire commerciale et gastronomique quitte le Parc M’ploussoué pour prendre ses quartiers sur un site plus vaste, celui des anciens bureaux de la sous-préfecture, à proximité de la voie internationale Abidjan-Aboisso. Une journée spéciale sera consacrée à la promotion de la culture Abouré. Et, une cérémonie de décoration des anciens commissaires du Popo est aussi annoncée.

«Nous voulons faire un plaidoyer en faveur du Popo pour un financement plus accru de la part des institutions de la République. C’est de cette façon que nous pourrons relever le défi du développement de notre pays grâce à la culture et au tourisme», a plaidé le commissaire général. «Le plus ancien et prestigieux des carnavals du pays est indéniablement devenu un facteur de développement et de croissance pour notre région. Et nous voulons que cette tradition se perpétue», a-t-il conclu.


Le 09/02/20 à 17:26
modifié 09/02/20 à 17:26

LES + POPULAIRES

Droits de l'homme : Des sous-officiers de la gendarmerie et de la police instruits sur la question Construction d'universités et campus: Plus de 163 milliards de FCfa pour Adiaké, Abidjan et Bouaké Club service: La Jeune chambre internationale d’Abidjan renouvelle ses instances