Burida : Maurice Bandaman dévoile son plan de sauvetage

Le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman. (DR)
Le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman. (DR)
Le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman. (DR)

Burida : Maurice Bandaman dévoile son plan de sauvetage

Le 21/01/20 à 17:01
modifié 21/01/20 à 17:01
Il souffle un vent de changement au Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida) ! Face aux anciens membres du Conseil d’administration de la maison des artistes, aux sociétaires et aux journalistes, le ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, a dévoilé le futur organigramme du Burida au cours d'une conférence de presse organisée le 20 janvier.

A en croire le premier responsable de la culture en Côte d'Ivoire, son département a introduit auprès du Premier ministre une requête pour la consolidation des acquis du Burida, après plusieurs mois de crise. Il s’agit de la nomination par décret du président de la République d’un nouveau directeur général, la nomination par arrêté du ministre de la Culture et de la Francophonie, sur la base de l’article 68 du décret de 2008, d’un nouveau Conseil provisoire de gestion et d’un directeur général adjoint.

« J’ai le plaisir aujourd’hui de vous annoncer que la nomination du nouveau directeur général, sur proposition du Premier ministre, vient d’être validée par le Président de la République et un décret de nomination interviendra dans les jours qui viennent. La liste des membres du nouveau Conseil de gestion assurant les fonctions de Conseil d’administration ainsi que la proposition du directeur général adjoint, par nos soins, ont aussi fait l’objet de validation de monsieur le Premier ministre », a-t-il révélé.

Maurice Bandaman a aussi fait savoir que les organes de transition pourront donc être mis en place d’ici fin janvier pour une période de 6 à 12 mois. Puis, il a annoncé avoir également obtenu du Premier ministre l’autorisation de la mise en place d’un comité de mise en œuvre des recommandations du Cabinet Mazars qui a fait l’audit du Burida. « Ce comité de haut niveau sera composé de représentants de l’inspection générale d’État, de l’Inspection générale des Finances, du ministère de la Culture et de la Francophonie, de la direction générale du Burida et des administrateurs ».

Il a enfin invité les sociétaires à une nouvelle trêve, au renouvellement de la confiance réciproque et à la fraternité. « J’appelle tous les artistes à la sérénité, au calme et à la confiance. (...) Ces organes vont être installés pour le bon fonctionnement du Burida », a-t-il assuré. Le conférencier s’est, par ailleurs, montré très critique envers l’ex Pca du Burida, Séry Sylvain. Ce dernier, a-t-il tranché, n’est plus le président du Conseil d’administration de la maison des artistes.


Le 21/01/20 à 17:01
modifié 21/01/20 à 17:01

LES + POPULAIRES

Formation médicale continue : Bientôt un organe national de régulation dédié Situation des Droits de l’homme : Le CNDH fait le point aux diplomates et représentations des organisations internationales Education nationale : La Mupemenet-Ci se dote d’un magazine pour promouvoir ses activités