Education nationale : Des inspecteurs rejettent le concours pédagogique organisé par la DRH

Cnisef-Ci était en conférence pour dénoncer le concours pédagogique organisé par la Direction des ressources humaines. (DR)
Cnisef-Ci était en conférence pour dénoncer le concours pédagogique organisé par la Direction des ressources humaines. (DR)
Cnisef-Ci était en conférence pour dénoncer le concours pédagogique organisé par la Direction des ressources humaines. (DR)

Education nationale : Des inspecteurs rejettent le concours pédagogique organisé par la DRH

Le 20/01/20 à 17:08
modifié 20/01/20 à 17:08
La Coordination nationale des inspecteurs du secteur éducation-formation de Côte d’Ivoire (Cnisef-Ci) a échangé avec la presse le 18 janvier 2020, au siège de la Centrale syndicale humanisme sis à Adjamé.

Dans une déclaration liminaire lue par Koffi N’Guessan Daniel, secrétaire général national dudit syndicat, « les inspecteurs rejettent catégoriquement l’organisation du concours de recrutement d’encadreurs pédagogiques du secondaire général par la Direction des ressources humaines du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle au motif qu’il viole les dispositions de leur profil de carrière ».

De plus, poursuit le porte-parole, « les fonctions d’encadreurs pédagogiques pour lesquelles le concours est organisé, fait partie intégrante des missions liées aux emplois d’Inspecteurs de grade A5, A6 et A7 tels que précisées dans le Référentiel des métiers de l’administration Scolaire ou Rmas de décembre 2015 dont ce ministère est initiateur ».

Mais, en réalité, la nouvelle sortie de ce syndicat est consécutive à « une série d’injustices » dont seraient victimes les inspecteurs de grade A5, A6 et A7 du ministère de l’Education nationale. La situation s’est aggravée suite à la note de service N°00043/MENET-FP/DRH du 10 janvier 2020 relative au recrutement d’encadreurs pédagogiques de l’enseignement secondaire général rendue publique la semaine dernière.

Toujours selon la même source, « le DRH/MENET-FP commet un excès de pouvoir par sa décision de vouloir organiser un concours qui ne relève guère de sa compétence (cf. les missions : décret N°2017-150 portant organisation du MENET-FP, chapitre 4), mais de celle du ministre de la Fonction publique. En effet, les concours pour accéder aux emplois d'Inspecteurs de grades A5, A6 et A7 relèvent de la compétence exclusive de la Fonction publique. C’est pourquoi depuis 2016, des concours ont été organisés. La Fonction publique a mis alors deux promotions d’admis à la disposition de la tutelle pour une prise de service réelle dans les nouveaux emplois. » (cf. communiqué N°0382/MFP/DGFP/DGAPCE/kac).

Cependant, depuis cette mise à disposition des inspecteurs pédagogiques de grades A5 et plus par la Fonction publique, la tutelle a pris divers actes administratifs qui ont concouru les uns à la suite des autres à faire obstacles à l'affectation des promus dans leurs nouveaux emplois.

Il s’agit notamment de la décision de maintien des promus à leurs anciens postes et fonctions, la délivrance par la tutelle de certificats de prise de service de pure forme et de l'organisation de concours pour recruter des encadreurs pédagogiques dans le lot des Inspecteurs pédagogiques de grades A5, A6 et A7. Toute chose qui irrite davantage les enseignants d’autant plus qu’une rencontre avec la tutelle le 16 janvier 2020 a accouché d’une souris.

En tout état de cause, ces fonctionnaires « n’attendent que leurs affectations pour exercer leurs fonctions liées à leurs nouveaux emplois mentionnés sur les certificats de prise de service délivrés par le DRH/MENET-FP », conclut le secrétaire général national.

Une correspondance d’AK



Le 20/01/20 à 17:08
modifié 20/01/20 à 17:08

LES + POPULAIRES

Religion/Sanctuaire Notre Dame de la Garde de Bonoua : La sacristie vandalisée Après les événements de Dabou : La compassion du Sénateur Gabriel Yacé aux familles éplorées Religion : Les musulmans célèbrent, mercredi, le Maoulid