Koumassi : La nouvelle gare routière ouverte

La nouvelle gare de Koumassi baptisée ''Yaya Fofana'', inaugurée. (DR)
La nouvelle gare de Koumassi baptisée ''Yaya Fofana'', inaugurée. (DR)
La nouvelle gare de Koumassi baptisée ''Yaya Fofana'', inaugurée. (DR)

Koumassi : La nouvelle gare routière ouverte

Le 20/01/20 à 10:11
modifié 20/01/20 à 10:11
Après la fermeture (en juillet 2019) de la gare routière du grand carrefour de Koumassi, le député-maire de ladite commune, Cissé Ibrahim Bacongo, a procédé à l'inauguration de la nouvelle gare intercommunale, répondant aux commodités d’une gare moderne, le 15 janvier 2020.

Cette nouvelle gare, située dans le dos du cimetière municipal, juste en face du commissariat du 36e arrondissement, est baptisée « Gare communale Yaya Fofana », en hommage à ce grand transporteur de la commune de Koumassi, fondateur du Syndicat national des transporteurs terrestres de Côte d’Ivoire (Synttci) en 1991 et qui est l’une des plus vieilles organisations syndicales du pays.

Les autorités présentes à la cérémonie de l'inauguration de la nouvelle gare. (DR)
Les autorités présentes à la cérémonie de l'inauguration de la nouvelle gare. (DR)



Bâtie sur une superficie de 5000 m², la nouvelle gare de Koumassi dispose d’une station-service, d’un bâtiment de deux niveaux composé de 53 magasins répartis entre 4 secteurs d'activités : administrations, services (banques, agences de transfert, assurances, etc.), commerces de pièces détachées et commerces divers, 60 emplois directs (pompistes, agents d'accueil, agents de sécurité et d'entretien recrutés et formés parmi les ex-chargeurs de l'ancienne gare du grand carrefour communément appelé Gnambro). Un administrateur civil a été nommé, en la personne de Sansan Hien Ludovic, bien connu dans le milieu du transport à Koumassi.

« Je voudrais te féliciter pour l’amour que tu portes aux populations de Koumassi. Car tout ce que tu fais, inspiré du Président de la République, est lié à l’amour que tu as pour les habitants de cette commune. C’est parce que tu les aimes que tu réalises toutes ces infrastructures. Il y a des communes plus riches, financièrement, que celle de Koumassi. Mais la plus grande richesse de la commune, c’est l’amour que tu portes aux populations. Je ne suis pas surpris parce que tu es acharné au travail, engagé et passionné par tout ce que tu fais », a affirmé le ministre des Transports, Amadou Koné, qui présidait la cérémonie et s’adressant à « son aîné », le maire Cissé Bacongo.

Aussi a-t-il souhaité que qu’il y ait à Koumassi des « Yaya Fofana », l’un des pionniers du syndicat du transport en Côte d’Ivoire. Avant d’inviter les populations à soutenir l’œuvre qui en train d’être réalisée dans cette commune.

La photo de famille avec les employés de la nouvelle gare. (DR)
La photo de famille avec les employés de la nouvelle gare. (DR)



« Quand l’ordre est de retour dans un pays, il faut le célébrer et c’est ce que nous voyons ici. Koumassi est en train d’inventer de nouvelles formes de gouvernance locales en prenant des décisions difficiles. C’est un exemple de dévouement et de bravoure qu’il convient de saluer. Cissé Bacongo, on parle beaucoup de lui parce qu’il travaille. Cela montre qu’on peut développer quelles que soient les situations ou les divergences », a indiqué Vincent Toh Bi, préfet d’Abidjan.

Le député-maire Cissé Bacongo a saisi l’occasion pour lancer un appel à ceux qui doutent encore. Il leur a demandé de ne pas désespérer car, a-t-il dit, « tout le monde va avoir une position ». Précisant, toutefois : « ce que nous ne voulons pas c’est le désordre ». C’est à juste titre qu’il a souhaité que cette nouvelle gare soit le point de départ d’une nouvelle vision du transport en Côte d’Ivoire, « une gare sans machette et sans violence ».

Une correspondance de EY

Le 20/01/20 à 10:11
modifié 20/01/20 à 10:11

LES + POPULAIRES

Religion/Sanctuaire Notre Dame de la Garde de Bonoua : La sacristie vandalisée Après les événements de Dabou : La compassion du Sénateur Gabriel Yacé aux familles éplorées Religion : Les musulmans célèbrent, mercredi, le Maoulid