Marché bousier régional : Dynamiser le marché obligataire en facilitant l’accès des Pme

Edoh Kossi Amenounvé, directeur général de la Brvm, a présenté son bilan de l’année écoulée. (DR)
Edoh Kossi Amenounvé, directeur général de la Brvm, a présenté son bilan de l’année écoulée. (DR)
Edoh Kossi Amenounvé, directeur général de la Brvm, a présenté son bilan de l’année écoulée. (DR)

Marché bousier régional : Dynamiser le marché obligataire en facilitant l’accès des Pme

Le 14/01/20 à 18:12
modifié 14/01/20 à 18:12
La direction générale de la Bourse régionale des valeurs mobilières (Brvm) a présenté le mardi 14 janvier 2020, siège de l’institution à Abidjan-Plateau, le bilan de l’exercice 2019. Un bilan globalement positif comme la plupart des bourses au niveau mondial, selon le directeur général, Edoh Kossi Amenounvé. Ce, dans un contexte macroéconomique mondial marqué par une légère décélération de la croissance, mais par une stabilité économique au niveau régional. A en croire Edoh Kossi Amenounvé, « la plupart des bourses au niveau international sont dans le vert. Et la Brvm se porte tout aussi bien, avec des perspectives à envisager avec un certain optimisme ».
Justement en termes de perspectives pour l’année, de façon concrète, le Dg de la Brvm a annoncé la dynamisation du marché des obligations par la facilitation de l’accès des Pme, à travers notamment des baskets bonds. Le marché financier, faut-il le rappeler, a deux composantes majeures : le marché des actions et le marché des obligations. Quant au marché des actions, on note en 2019 l’Ipo en anglais, initial Public Offering (introduction en bourse, Ndlr) d’Oragroup. C’est la plus importante introduction de l’histoire de la Brvm et le 9e Ipo depuis 2014. Concernant le marché obligataire, celui-ci a enregistré 1218,2 milliards de F Cfa comme montant de l’emprunt à l’introduction. Quant à la capitalisation obligataire, elle est ressortie à 4232,6 milliards de F Cfa contre 3400 milliards de F Cfa en 2018, totalisant 58 lignes obligataires. Toujours en ce qui concerne les perspectives pour l’année, à en croire Edoh Amenounvé, il est prévu l’admission d’une Pme sur le compartiment dédié à cette catégorie d’entreprise. Mais également le renforcement de la surveillance des transactions pour préserver l’intégrité du marché. Dans le cadre de la vulgarisation de la culture boursière, Edoh Kossi Amenounvé a annoncé le lancement de la Bourse en ligne et la digitalisation des opérations de souscription sur le marché primaire.
« L’innovation sera au cœur de nos activités cette année et au cours des prochaines années », a-t-il indiqué. En ce qui concerne la promotion de la Brvm, il est prévu cette année l’organisation de la première édition des Brvm Awards au mois de février, mais également le lancement de la Brvm TV pour la production et la diffusion d’informations sur la bourse, un road show à New York, en septembre. Edoh Kossi Amenounvé qui a déploré une faible présence des investisseurs institutionnels a aussi annoncé des actions d’incitation afin d’accroître leur présence sur le marché et enfin l’adoption du code de gouvernance pour les sociétés cotées.
Plusieurs actions stratégiques ont été menées en 2019. D’abord, en ce qui concerne l’accès des Pme au marché, il y a eu le lancement de la troisième cohorte de 10 entreprises dans le cadre du programme Elite Brvm lounge, ce qui les porte désormais à 30 entreprises. Ainsi, on note des accords signés entre l’institution et la Société financière internationale (Sfi), la banque Southbridge, l’Agence Côte d’Ivoire Pme et Esg Uqam. Pour ce qui est de l’amélioration de la culture boursière, selon Edoh Amenounvé, ce sont 6374 personnes formées en 2019. En termes de Rse, il a relevé la participation de la Brvm à la campagne de lutte contre les cancers du sein et du col de l’utérus avec la fondation des femmes shunamites en action.

La Brvm, au 31 décembre 2019, c’est 46 sociétés cotées dont 35 ivoiriennes, 30 sociétés de gestion et d’intermédiation dont 14 ivoiriennes, 105 sociétés d’Opcvm dont 54 ivoiriennes, 54 lignes obligataires, quatre sukuks cotés, 333 314 titres échangés en moyenne par jour et 547,35 millions de F Cfa transigés en moyenne par jour. La capitalisation boursière est ressortie à 4 740,6 milliards de F Cfa, avec une dominance des actions dans les secteurs des services publics et des finances.

En ce qui concerne le Dépositaire central banque de règlement (Dc/Br), à en croire le Dg, il a payé aux investisseurs 849 milliards de F Cfa en intérêt et en dividende dont 64 milliards de F Cfa en dividende. En 2018, on était à 713,5 milliards de F Cfa. « Cette distribution d’intérêt de dividende constitue pour nous l’un des éléments les plus importants du retour des fruits de la croissance aux populations. Et cela passe par le dépositaire. Il se porte très bien et joue bien son rôle », s’est-il félicité.
Le 14/01/20 à 18:12
modifié 14/01/20 à 18:12