Eau potable à Abobo : Amadou Gon Coulibaly lance des projets d’un coût de 14,61 milliards de FCfa

Le lancement des travaux d'amélioration de l'accès à l'eau potable à Abobo s'est concrétisé par la pose de la première pierre de l'ouvrage à réaliser. (Dadié Véronique)
Le lancement des travaux d'amélioration de l'accès à l'eau potable à Abobo s'est concrétisé par la pose de la première pierre de l'ouvrage à réaliser. (Dadié Véronique)
Le lancement des travaux d'amélioration de l'accès à l'eau potable à Abobo s'est concrétisé par la pose de la première pierre de l'ouvrage à réaliser. (Dadié Véronique)

Eau potable à Abobo : Amadou Gon Coulibaly lance des projets d’un coût de 14,61 milliards de FCfa

Le 13/12/19 à 10:24
modifié 13/12/19 à 10:24
Le projet est financé dans le cadre du Programme de conversion de dettes (Pcd) en projets de développement entre la République de Côte d’Ivoire et le royaume d’Espagne, deux pays qui entretiennent d’excellentes relations.
Dans le quartier populaire d’Abobo où il était le jeudi 12 décembre 2019, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a lancé, depuis la mairie de cette commune, les travaux de construction et d’équipement d’un château d’eau de 5000 m3. Coût de l’opération : 5,25 milliards de FCfa.

Le coup de pelle symbolique a eu lieu à la grande joie des populations venues massivement mais également des membres du gouvernement et des Partenaires techniques et financiers (Ptf).

En plus de la construction du château d’eau de 5000 m3 à Abobo Avocatier sur une tour de 30 mètres, il est prévu le renouvellement, l’extension de réseaux et branchements mais également la réhabilitation du château d’eau existant de 5000 m3 dans ce même sous-quartier d’Abobo.

L’ensemble de ces travaux, à réaliser en 24 mois par le groupement Franzetti-CI et Btd Espagne, est évalué à 14, 61 milliards de FCfa. Il est financé dans le cadre du Programme de conversion de dettes (Pcd) en projets de développement entre la République de Côte d’Ivoire et le royaume d’Espagne, deux pays qui entretiennent d’excellentes relations depuis plusieurs décennies. Selon son ambassadeur en Côte d’Ivoire, Ricardo Lopez, en 2012 son pays a annulé 113 milliards de FCfa de dette au profit de la Côte d’Ivoire, puis 70 milliards de Fcfa en 2017. Le stock de la dette convertie est actuellement estimé à 34 milliards de FCfa. Tout en rassurant qu’à partir de 2020, l’Espagne va renforcer sa présence sur le terrain économique. Le diplomate a salué le Programme social du gouvernement (PsGouv) « qui vise le développement ».

Le maire d’Abobo, Hamed Bakayoko, par ailleurs ministre d’Etat, ministre de la Défense, a félicité le Premier ministre, patron de la cérémonie de ce projet qui apporte « l’espérance d’avoir de l’eau pour tous ». L’objectif pour le gouvernement et son partenaire espagnol, en lançant ces travaux, est de contribuer à l’amélioration de la desserte en eau potable dans cette commune où logent plus d’un million d’habitants, par le renforcement de la capacité de stockage, en adéquation avec la production. Le projet intervient dans un contexte où la capacité actuelle de stockage de la commune d’Abobo est de 10 000 m3 répartie entre le réservoir de N’Dotré (5000 m3) et le Château d’Eau d’Abobo Avocatier également de 5000 m3. La construction du nouveau réservoir de 5000 m3 devrait contribuer à combler le gap, surtout que la capacité de stockage requise pour la commune est de 17 000 m3. « Cette cérémonie est importante. C’est également un moment important de célébrer l’instrument qui apporte la vie, l’eau », s’est félicité Laurent Tchagba, ministre de l’Hydraulique.

Dans son intervention, le Premier ministre qui a félicité le maire d’Abobo pour le travail abattu dans cette commune, a annoncé la construction d’un Centre hospitalier universitaire (Chu) et d’un échangeur, à partir de 2020. Aussi, Amadou Gon Coulibaly, a-t-il appelé les Ivoiriens à promouvoir la paix pour le « développement » de la Côte d’Ivoire. Pour le chef du gouvernement, « l’accès des populations à l’eau est une priorité ». C’est pourquoi, depuis 2011, l’État a entrepris d’importants investissements dans tout le pays et mis en place le « Programme eau pour tous ». À Abidjan, ville de plus de cinq millions d’habitants, la capacité en eau a doublé. La ville dispose désormais d’une quantité suffisante. Le défi aujourd’hui est la distribution par la réalisation de canalisations.

Le Programme de conversion de dettes (Pcd) en projets de développement entre la République de Côte d’Ivoire et le royaume d’Espagne vise à contribuer au développement économique et social de la Côte d’Ivoire. Cet instrument permet de transformer les obligations en matière de dette de la partie ivoirienne vis-à-vis de l’Espagne en projets d’investissements dans les secteurs de l’énergie et de l’eau, qui ont un impact sur le développement économique et humain.

En vue de sa mise en œuvre, le Fonds hispano-ivoirien de conversion de la dette a été créé au montant plafond de 34,22 milliards de FCfa dont la moitié pour chacun des deux secteurs que sont l’énergie et l’eau. Le Pcd comprend des organes de gouvernance que sont le Comité binational, le Comité technique. L’instance opérationnelle du suivi de l’exécution du Pcd en liaison avec les structures techniques des maîtres d’ouvrage des projets est l’Unité de coordination du Pcd (Upcd).


Le 13/12/19 à 10:24
modifié 13/12/19 à 10:24

LES + POPULAIRES

Koumassi : La Paroisse Notre Dame de l’Assomption cambriolée Rencontre interreligieuse : Un appel à la paix lancé par la communauté Sant’Egidio Prières œcuméniques: Musulmans et chrétiens unis pour la fraternité à Anono