Gestion des conflits: Des leaders communautaires formés

Initiateur du séminaire, formateur, autorités administratives, politiques et participants veulent la prévention ou une bonne gestion des conflits (DR)
Initiateur du séminaire, formateur, autorités administratives, politiques et participants veulent la prévention ou une bonne gestion des conflits (DR)
Initiateur du séminaire, formateur, autorités administratives, politiques et participants veulent la prévention ou une bonne gestion des conflits (DR)

Gestion des conflits: Des leaders communautaires formés

Soixante-deux relais communautaires, composés d’autorités religieuses, coutumières et des représentants de différentes couches sociales, ont été formés, afin de sensibiliser les populations à la prévention et la gestion des conflits. C’était au cours d’un séminaire qui s’est déroulé les 26 et 27 novembre. Initiateur de cet atelier, le président du conseil régional de l’Iffou, Traoré Adam Kolia, a signifié que les conflits sont inhérents à la nature humaine.

Et qu’il faut par conséquent savoir faire la différence entre les conflits positifs et ceux négatifs aux conséquences graves sur la vie en communauté. «Les conflits sont le résultat de crises n’ayant pas été résolues. Alors, on bascule dans l’affrontement. Il est donc extrêmement important de prendre conscience, de prévenir et de gérer les impacts négatifs desdits conflits sur la vie individuelle et collective des populations.

Ce sont nos petites actions, mises ensemble, qui constitueront des actions d’envergure porteuses d’harmonie et de paix, préalables à toute existence heureuse. Ce séminaire d’information et de formation sur la prévention des conflits que le conseil régional de l’Iffou initie au profit des leaders communautaires et d’opinion, s’inscrit dans cette voie», dira Traoré Adam Kolia.

Et d’ajouter qu’il veut modestement contribuer à l’apaisement des esprits et des cœurs, pour favoriser la réconciliation nationale et la cohésion sociale. Face aux échéances électorales futures et pour ne pas retomber dans les événements tragiques de 2011, il a déclaré : « Qu’il est illusoire et suicidaire, devant un danger imminent, de se livrer à un simulacre, de vouloir rassurer par des paroles d’une part et d’afficher d’autre part, un comportement nourri de déclarations diamétralement opposées à ce que l’on veut faire croire». C’est pourquoi, il a exhorté tous les participants au séminaire à faire de la prévention des conflits et de la recherche de la paix un vrai et vibrant sacerdoce.

Le sous-préfet de Daoukro, Coulibaly Zana, représentant le préfet par intérim de Daoukro, a salué cette initiative. Il a souligné que la résolution d’un conflit est délicate. D’où la nécessité de le prévenir et de l’étouffer dans l’œuf. Dans ce sens, il a remercié le président du conseil régional de l’Iffou pour cette opportunité offerte aux relais communautaires de se former.

Il a demandé à ceux-ci de mettre en application ce qu’ils ont appris pendant les deux jours et de le faire partager aux populations. Baillet Félix, consultant - formateur, a développé les différents thèmes relatifs aux techniques de causeries éducatives, à la prévention et gestion des conflits, à la cohésion sociale et aux violences basées sur le genre.
LES + POPULAIRES
Opération ‘‘100.000 dépistés’’ : La Fondation Orange CI apporte son soutien à la Société Ivoirienne de Cardiologie d’Abidjan Environnement : Des foyers améliorés réduisent la consommation de bois Axe Bouna-Doropo: Un car se renverse à Bromakoté, plusieurs victimes